Biographie de Manù

 

 

Après des études primaire en Corse à l'école Pugliesi-Conti, puis au Lycée Fesh où il a été pris sous l'aile bienveiillante de Jean Torregrossa, Professeur de dessin et artiste plasticien, Manù finit en secondaire en A3 à Sartène avec Jean Deghuilen professeur en arts plastiques.

Après un premier essai infructueux au concours d'entrée à Ecole Régional des Beaux-arts d'Angoulême, il part à Marseille pour apprendre le dessin académique et surtout l'aquarelle à L'Académie Catherine Kieffer avec André-Pierre Hardy maitre dans sa discipline; puis il arrive enfin à sa quête : rejoindre l'atelier BD d'Angoulême, avec pour professeurs :Robert Gigi & Jean Chakir.

Parallélement à ses études de BD, il se plonge dans le cinéma et découvre Kubrick, Lynch, Greenaway, des réalisateurs sans concession. Il devient plus cinéphage que cinéphile "bouffant" du film des heures durant.

Entre, il découvre le Zen, la peinture Chinoise, Japonaise. Il apprécie le suprématisme non pas par les oeuvres mais plutôt par la démarche jusqu'au boutiste.

En 1992 il découvre pour la première fois en "vrai" les aquarelles sur papier bleu de William Turner! Ce fut son choc artistique! Il assimila ainsi, des années durant et modestement ce que le grand maitre Anglais "racontait" dans ses oeuvres.

C'est à travers Turner, puis en travaillant comme journaliste radio que sa vision de la BD commença à changer. Il se mit alors à faire des recherches sur l'art narratif et créa au final "CDB 67", où il éclate la narration graphique traditionnelle pour la transformer en autre chose où chaque élément composant l'oeuvre devient soit graphique soit information. Le héros n'est plus "il" mais "je", le fond et la forme change tout comme le style. L'auteur reprend enfin sa place d'artiste en s'exprimant sans canevas éditorial derrière lui.

Il se reconnaît donc alors de moins en moins dans la BD dite "grand public" et crée des albums reportages sur le chômage par exemple, ou bien il réalise des publications sous le titre général : "carnet de souvenirs" qui mêle texte intime et aquarelle traditionnelle. Le credo de Manù est simple : « un auteur doit être maitre de son livre de bout en bout à l'instar d'un plasticien!... ».

C'est dans ce but qu'il créé « Sans Case éditions » qui est une structure d'auto-édition "coopérative" pour toutes ses créations. Il travaille comme scénariste ou dessinateur avec des jeunes artistes comme So*, Mim' ou Clem Kle leur permettant ainsi d'avoir une première expérience dans le monde de l'édition.

Fondateur également de "l'association des Dauphins de la BD", il a offert la possibilité à de jeunes auteurs inconnus de se mettre en valeur lors du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, par exemple. Nombreux sont depuis devenus de grands auteurs.

Durant des années il a fait de nombreuses expositions à Ajaccio et Angoulême.

Il effectue toujours des animations, et donne des cours d'art plastique pour petits & grands.

Il est actuellement scénariste - coloriste de l'album BD "Alex" (dessin : Polpino) chez les éditions du Coprin ainsi qu'aquarelliste, chez le même éditeur, pour le livre d'art "La Corse en aquarelles" où il fait son propre panorama de l'ile de beauté.

   
 
Plus sur Wikipédia